jeudi 25 janvier 2018

Tribune libre

De quoi nous préoccupons-nous le plus ?
De la « politique de l'Église » ou de nos vocations ?


SOUS-TITRE
Une vision de l'Église dans 1 Timothée, par Thomas d'Aquin



Par Veronica A. Arntz
Le 22 janvier 2018
SOURCE : Rorate Caeli





« Je t'écris cette lettre, tout en espérant aller te voir bientôt. Cependant, si je tarde à te rejoindre, ces lignes te permettront de savoir comment te conduire dans la famille de Dieu, c'est-à-dire l'Église du Dieu vivant, qui est la colonne et le soutien de la vérité. Oui, incontestablement, il est grand le secret dévoilé dans notre foi ! » ( 1 Timothée 3 : 14-16 ).

Ces versets de Saint Paul, en plus des passages précédents, révèlent très succinctement la nature et l'âme de l'Église. Paul décrit d'abord les différents rôles au sein du Corps du Christ — hommes et femmes, Évêques et diacres — et décrit ensuite la source de l'unité de l'Église, à savoir la Parole du Dieu Incarné. À réfléchir à ces passages de Paul, avec le guide fidèle de Saint Thomas d'Aquin, ça nous éclairera sur la façon dont nous devrions répondre à la situation actuelle dans notre Église. L'Église aujourd'hui a vraiment besoin d'un rappel de comment elle devrait agir comme « Maison de Dieu », étant donné que nous tombons facilement dans le péché, ce qui divise l'Église et l'empêche d'être vraiment unifiée en tant que Corps du Christ.

Dans cette lettre, Saint Paul parle d'abord des hommes et des femmes, ou des laïcs, dans l'Église. Saint Paul écrit : « Je veux donc qu'en tout lieu les hommes prient, en levant des mains pures vers le ciel, sans colère ni esprit de dispute » ( 1 Tim 2 : 8 ). Saint Paul veut donc que tous les hommes prient et que cette prière, selon Thomas, soit marquée par trois caractéristiques : « qu'elle soit assidue, pure et tranquille » ( 71 ). La prière mentale peut se produire n'importe où, c'est pourquoi les hommes ne sont plus tenus de prier seulement à Jérusalem. De plus, la prière doit être pure, ce qui signifie que, par nos signes extérieurs, nous donnions gloire à Dieu.

Comme Thomas l'explique : « Car les génuflexions et autres gestes ne sont pas d'elles-mêmes agréables à Dieu, mais seulement parce que, par eux, comme par des signes d'humilité, un homme est intérieurement humble » ( 72 ). Les actions de l'homme dans la prière sont un signe de son humilité et donc de pureté devant Dieu. Enfin, la prière devrait être calme, ou sans colère, à la fois envers Dieu et envers le prochain ; ainsi, la vraie prière est guidée par la charité. Un homme ne peut vraiment prier sans posséder profondément la vertu de la charité, qui s'exprime dans le double commandement de l'amour de Dieu et de l'amour du prochain. Ainsi, nous pouvons voir dès le début que, pour Paul, la prière est au centre de l'Église. L'Église doit prier Dieu avec humilité, en demandant Sa Grâce et Sa Miséricorde pour transcender notre nature humaine faible.

Paul a beaucoup plus à dire sur les femmes que sur les hommes, bien qu'il faille noter que tous les membres de l'Église doivent se consacrer à la prière. Essentiellement, les femmes doivent être modestes dans leur tenue vestementaire et se parer de bonnes actions, pas avec des décorations ( 1 Tim 2 : 9-10 ). En outre, « il faut que les femmes reçoivent l'instruction en silence, avec une entière soumission. Je ne permets pas à la femme d'enseigner ou de prendre autorité sur l'homme ; elle doit garder le silence.... Cependant la femme sera sauvée en ayant des enfants, à condition qu'elle demeure dans la Foi, l'amour et la sainteté, avec modestie ». ( 1 Tim 2 : 11-12, 15 ).

Ces mots offenseraient certainement n'importe quelle féministe et le commentaire de Thomas n'aiderait pas les choses, particulièrement quand il dit que Saint Paul écrit ces choses parce que les femmes sont faibles dans la raison ( 75, 79 ). Cependant, peut-être qu’en considérant ces textes, nous devrions regarder au-delà de nos notions modernes de la relation entre les hommes et les femmes et considérer la Sainte Mère à la lumière de ces versets de Saint Paul.

La Sainte Mère a assurément passé du temps en silence ; de nombreux tableaux de l'Annonciation la représentent assise silencieusement, contemplant la Parole de Dieu quand l'Ange Lui apparut. Elle était soumise à la Parole de Dieu ; Elle a accepté le plan de Dieu pour Elle sans question. Alors que la Vierge a demandé à Jésus de faire un miracle lors du Mariage à Cana, Elle l'a fait en sachant que son temps de souffrance allait commencer.

De plus, bien que Marie ait conçu notre Seigneur par le Saint-Esprit, et non par des relations humaines naturelles, Elle l'a porté dans son sein, lui a donné naissance et s'est souciée de Lui. De cette manière, nous pouvons comprendre que Saint Paul a une haute vocation pour les femmes : elles sont destinées à imiter la Sainte Mère dans leur vie, à travers le silence et la soumission à la Volonté de Dieu et à leurs maris ( Ephésiens 5:22 ).

Cela ne rabaisse certainement pas les femmes, mais leur donne une place très noble dans la vie de l'Église : la femme doit être le modèle de la modestie, comme la Sainte Mère, et ne pas être seulement une mère physique ( si c'est voulu par la Divine Providence ) mais aussi une mère spirituelle à tous ceux qu'elle rencontre. En effet, les commentaires de Paul peuvent également s'appliquer aux femmes dans la vie consacrée : elles ont donné leur vie entièrement à Dieu et au service de l'Église. Comme Marie dans l'Évangile, ils sont assis aux pieds de Jésus, contemplant Son visage en silence à travers leur participation quotidienne à la liturgie.

Une dernière réflexion sur la présentation de Paul par les femmes : la Bienheureuse Vierge Marie ne prendrait ni ne saisirait aucune position d'autorité. Dans l'histoire de l'Annonciation et les petites extraits de l'Écriture que nous connaissons de sa vie, nous voyons que Marie a toujours accueilli ce qui lui a été donné de Dieu. De plus, elle « gardait toutes ces choses dans son cœur » ( Luc 2 :51 ). Marie a reçu la Parole de Dieu, et elle l'a contemplée dans son cœur. Pour les femmes qui vivent aujourd'hui, Marie peut surtout servir de modèle d'accueil et de contemplation plutôt que d'atteindre et de saisir des postes d'autorité, en particulier dans la liturgie sacrée. Beaucoup de féministes veulent occuper des postes d'autorité dans la liturgie, pour « se sentir impliquées » alors qu'en réalité la plus grande participation est la participation silencieuse et l'assistance tandis que les prêtres et les hommes remplissent leur rôle de célébration et d'assistance à l'autel.

Saint Paul parle ensuite des Évêques. Il écrit : « Voici une parole certaine : si quelqu'un souhaite la fonction de dirigeant dans l'Église, il désire une belle tâche » ( 1 Tim 3 : 1 ). Comme Thomas le fait remarquer : « Deux choses doivent être considérées chez l'Évêque, à savoir, son poste supérieur et ses actions bénéfiques pour les fidèles. Car certains sont peut-être attirés par les circonstances de sa fonction, à savoir qu'il en reçoit l'honneur et a le pouvoir. Celui qui désire l'épiscopat pour ces raisons ne sait pas ce qu'est un Évêque » ( 88 ). Un prêtre, par conséquent, ne devrait pas désirer devenir Évêque à cause du pouvoir ; il ne comprend pas ce que signifie être un Évêque qui doit être le gardien de son église.

L'Évêque doit être un homme de vertu, qui est « irréprochable, mari d'une seule femme, sobre, raisonnable et convenable, hospitalier, capable d'enseigner ; qu'il ne soit ni buveur ni violent, mais doux et pacifique ; qu'il ne soit pas attaché à l'argent » ( 1 Tim 3 : 2-3 ). Cet appel est en effet noble et celui qui désire la fonction simplement pour la fierté serait incapable d'accomplir la vocation. Bien qu'il puisse sembler étrange que l'Évêque ait une femme, le principe est clair : l'Évêque est censé être vertueux et s'il veut avoir une femme, le mariage devrait refléter « l'union entre le Christ et l'Église » : il y a un époux, le Christ et une Église : c’est ma colombe ( Cantique des Cantiques 6 : 8 ) » ( 96 ).

En un mot, l'Évêque doit être fidèle à une femme et, dans un certain sens, nous pouvons dire qu'il est destiné à être fidèle à son Épouse unique, l'Église, puisque lui-même est un autre Christ sur la terre. Nous devrions noter que Paul écrit dans un contexte apostolique, c'est pourquoi un Évêque est autorisé à avoir une femme. Peu de temps après, cependant, c’est devenu normatif pour tous les Évêques d'être célibataires puisqu'ils étaient mariés à l'Église, comme leur « épouse » unique. En Occident, c'est la norme qui s'étend également à tous les prêtres. De plus, comme l'écrit Thomas, « l'Évêque doit nourrir ses brebis » ( 101 ). Cette alimentation se présente sous deux formes : spirituelle et corporelle. L'Évêque est censé donner à son peuple une nourriture spirituelle et physique, puisqu'il est le berger de son troupeau.

Enfin, Saint Paul parle des diacres, qui ont un appel semblable aux Évêques. Comme il l'écrit : « Les diacres aussi doivent être respectables et sincères ; ils ne doivent pas abuser du vin ni rechercher des gains malhonnêtes ; qu'ils restent attachés à la vérité révélée de la Foi Chrétienne, avec une conscience pure » ( 1 Tim 3 : 8-9 ). Comme Thomas l'écrit : « Je dis que les Évêques sont obligés d'être chastes ; et la même chose s'applique aux diacres, parce que le contraire rend impropre aux tâches spirituelles, car cela détourne l'esprit des choses spirituelles alors qu'il est nécessaire que l'esprit soit élevé pour l'accomplissement de ces tâches » ( 110 ).

Les diacres, alors, tout comme les Évêques, sont destinés à vivre chastement, pour leur propre bien spirituel et pour le bien spirituel du peuple. Ils sont aussi destinés à vivre vertueusement, ayant une connaissance du Mystère de la Foi et une conscience pure. Les diacres sont non seulement appelés à avoir la Foi, mais aussi à avoir une compréhension de ce qui est caché sous la Foi, c'est-à-dire le Mystère de la Foi ( 113 ). De plus, ils sont appelés à une conscience pure, « parce qu'un impur erre en matière de Foi » ( 113 ). Paul dit en outre qu'ils doivent être tout d’abord mis à l’épreuve ( 1 Tim 3 :10 ), signifiant qu'ils doivent être sans péché mortel ( 114 ). Les diacres doivent être des modèles de vertu pour les gens de l'Église parce qu'ils sont des ministres du Christ.

Les hommes, les femmes, les Évêques et les diacres sont ceux qui composent l'Église. Mais l'Église, selon Saint Paul, n'est pas seulement une institution humaine ; ce n'est pas simplement une organisation de membres humains. Au contraire, c'est la « Maison de Dieu, qui est l'Église du Dieu vivant, la colonne et le soutien de la vérité » ( 1 Tim 3 :14 ). Ces mots sont en effet opportuns pour aujourd'hui, dans un monde qui ne fait pas confiance à la vérité de l'Église, mais plutôt à leur propre compréhension.

Thomas écrit que l'Église est du Dieu vivant parce que c'est l'assemblée des croyants qui sont assemblés pour Dieu ( 127 ). Contrairement aux païens, les Chrétiens se rassemblent pour adorer le vrai Dieu. En outre, l'Église est la colonne et le soutien de la vérité parce qu'il y a une connaissance ferme de la vérité dans l'Église et parce que le peuple ne peut être fondé sur la vérité sans les Sacrements de l'Église ( 128 ). Cette belle vision ecclésiologique est essentielle pour le monde actuel dans lequel l'Église est souvent considérée comme une simple institution qui repose sur des Dogmes et des Doctrines dépassés, qui ne sont plus vrais ou applicables aujourd'hui. Cette compréhension ne peut pas être plus éloignée de la réalité : l'Église est le moyen par lequel l'homme apprend la vérité et reste fondé sur cette vérité à travers les Sacrements qui lui sont donnés par le Christ Lui-Même.

Quelle est la source de cette vérité dans l'Église ? Nous arrivons ici au coeur même de l'Église du Dieu vivant. Comme l'écrit Saint Paul : « Oui, incontestablement, il est grand le secret dévoilé dans notre foi ! Le Christ, apparu comme un être humain, a été révélé juste par l'Esprit Saint et contemplé par les anges. Annoncé parmi les nations, cru par beaucoup dans le monde, il a été élevé à la gloire céleste »( 1 Tim 3 :16 ). Thomas écrit qu'un mystère, ou un Sacrement, est le même qu'un signe sacré, mais ce que nous gardons dans nos cœurs est des plus secret. Ainsi, ce que Dieu garde dans son cœur est à la fois secret et Saint ( 130 ).

Thomas cite plusieurs passages des Écritures à l'appui de cette affirmation, notamment « Mon secret pour moi-même » ( Ésaïe 24 :16 ) et « En vérité, vous êtes un Dieu caché » ( Ésaïe 45 :15 ). De plus, il écrit : « Et voici la Parole de Dieu dans le Cœur du Père : Mon Cœur a prononcé une bonne parole ( Ps 44,2 ) » ( 130 ). Quel est donc le secret du Cœur de Dieu, le mystère du Cœur de Dieu ? Thomas en fait presque un lustre poétique : « Ce secret qui était enfermé dans le Cœur de Dieu a été fait homme » ( 130 ). Le Christ incarné est le secret du Cœur de Dieu, mais il ne reste pas simplement dans son Cœur. Au contraire, Il a été envoyé aux nations et à ceux qui deviendraient Son Église pour les racheter de leurs péchés et leur accorder la possibilité du salut.

La Parole de Dieu, au cœur de l'Église, est donc présente dans ses Sacrements et dans ses liturgies, et plus particulièrement dans le Sacrement de l'Eucharistie. La Parole Incarnée doit être la source de l'amour pour les membres de l'Église — hommes, femmes, Évêques et diacres. Sans le Verbe Incarné, ces membres individuels ne pourraient pas accomplir leurs vocations ni ne pourraient composer le Corps unique du Christ.

Comment ces réflexions sur l'Église de 1 Timothée se rapportent-elles à l'Église dans le monde moderne ? Nous devons, dans l'Église moderne, nous rappeler la source du Mystère de l'Église, à savoir l'Incarnation de Dieu. Nous nous occupons trop volontiers des commérages et des intrigues ; nous sommes parfois plus préoccupés par la « politique de l'Église » que par la poursuite de nos vocations et de l'appel à la Sainteté dans la vie de l'Église. Prenons-nous au sérieux nos vocations dans l'Église et réfléchissons-nous assez souvent au mystère de notre religion ?

Que les paroles de Saint Paul, jointes au commentaire de Thomas, nous rappellent que le véritable Mystère de l'Église est le Verbe Incarné : nous devons porter toute son attention sur Lui afin que nous puissions instruire les autres et prêcher la Parole de Dieu en accord avec notre état dans la vie. En effet, le mystère de notre religion est grand, c'est-à-dire le Mystère de Dieu fait homme. Ne perdons jamais de vue ce mystère en nous focalisant trop sur les préoccupations du monde ; tournons plutôt notre attention vers la Parole faite Chair ( Jean 1 :14 ).