mardi 2 janvier 2018

L'importance de ne pas être comme nous...
les Traditionalistes !



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : The Remnant
Le 31 décembre 2017

Contexte de l'article

Deux commentateurs Catholiques libéraux ( Keating et Amrstrong ) craignent qu'un des leurs, Phil Lawler, ne quitte leurs rangs au profit des damnés Traditionalistes après avoir lu le livre de ce dernier.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites Catholiques dont Le Remnant Newspaper.
Quelques définitions utiles
avant de lire le texte

Néo-Catholique : un Catholique qui accepte et défend les nouveautés ecclésiales officiellement approuvées depuis un demi-siècle, malgré leurs résultats destructeurs et même si aucun Catholique n'est obligé d'en embrasser un seul pour être membre de l'Église en règle. Ces nouveautés, qui ne sont pas contraignantes pour la conscience Catholique, sont apparues principalement sous les titres de « réforme liturgique », « œcuménisme », « dialogue », « dialogue interreligieux » et « mise à jour » de la formation sacerdotale et religieuse qui a vidé les séminaires et les couvents « réformés ». Le néo-Catholicisme, dont l'ensemble des caractéristiques horrifierait un Pape tel que Saint Pie X, l'ennemi juré du Modernisme et ce qu'il appelait « Le Moderniste comme Réformateur », est l'équivalent ecclésial du « néo-conservatisme » dans le domaine politique : c'est-à-dire une forme de conservatisme « modéré », libéralisé, qui tente de concilier la vraie Doctrine avec des pratiques, des attitudes et des modes nouveaux qui tendent à miner la véritable Doctrine. La prédominance actuelle du « style » néo-Catholique du Catholicisme constitue l'essence de la crise post-Vatican II dans l'Église.

Traditionaliste : un Catholique qui, étant parfaitement libre de le faire, se détourne des nouveautés ecclésiales récemment introduites et continue de pratiquer la Foi non reconstruite de ses ancêtres, y compris la liturgie Traditionnelle et la formation traditionnelle des prêtres et des religieux dans les séminaires et couvents qui en sont pleins. Le descripteur « Traditionaliste » était inutile avant le Concile Vatican II, car tout Catholique pratiquant et croyant était, selon la norme néo-Catholique actuelle, un Traditionaliste.


Tandis que François sème le chaos et subvertit l'Église, trois figures néo-Catholiques se chamaillent pour savoir si l'une d'entre elles est devenue un « réactionnaire Catholique radical » parce qu'elle a reconnu que François sème le chaos et subvertit l'Église. Si seulement c'était une blague ...

Quelqu'un a attiré notre attention sur un débat en ligne entre Karl Keating et Dave Armstrong concernant le prochain livre de Philip Lawler, Lost Shepherd: How Pope Francis is Misleading His Flock [Le Berger perdu : Comment le Pape François trompe son troupeau ]. Lawler, éminent porte-parole du groupe Catholique « conservateur » ou néo-Catholique * versus le groupe Traditionaliste **, qui expose les raisons de sa conclusion « réticente » selon laquelle François est un « radical [ qui ] éloigne l'Église des anciennes sources » de la Foi et est « engagé » dans un effort délibéré pour changer ce que l'Église enseigne ».

Ce que Keating et Armstrong pensent de la démonstration de Lawler et qui a longtemps été évident pour les Traditionalistes est inintéressant en soi. À noter, cependant — si ce n’était qu’une sorte d'observation sociologique de notre Commonwealth ecclésial troublé — c'est qu’ici nous avons deux Catholiques « conservateurs » se chamaillant sur la façon d'aborder un livre qui fait essentiellement écho à la vision Traditionaliste de ce que Lawler lui-même appelle « cette papauté désastreuse ».

Pour Armstrong, il s'agit de maintenir la polémique néo-Catholique des « Traditionalistes radicaux » en tant qu'objets de peur et de haine même si Lawler, un commentateur décidément non-Traditionaliste, est d'accord avec eux sur François. Pour Keating, il s'agit de savoir comment Lawler peut être défendu sans admettre en même temps que les Traditionalistes qui ont précédé Lawler depuis des années et qui en arrivent à la même conclusion existaient dès le début. Les deux s'accordent donc sur la même prémisse implicite : l'évaluation Traditionaliste de François ne peut en aucun cas être créditée, encore moins reconnue comme extra lucide, car cela signifierait que les commentateurs néo-Catholiques ont eu tort et manquent totalement de lucidité. Erroné non seulement à propos de François, mais aussi à propos de tout le cours de la crise post-conciliaire dans l'Église, dont les racines dans des nouveautés ecclésiales sans précédent et manifestement destructrices, qu'eux, les néo-Catholiques, refusent de reconnaître. Alors que François a rendu ce refus intenable quant à ses propres nouveautés, la polémique néo-Catholique exclut néanmoins tout aveu que les Traditionalistes avaient raison le concernant.

Comme le remarque astucieusement un de nos correspondants : l'argument entre Keating et Armstrong, qui sont amis, est donc vraiment de savoir comment continuer à discréditer la position Traditionaliste maintenant que Lawler, un non-Traditionaliste, a été conduit à accepter son diagnostic précis de ce pontificat . L'interaction entre les deux parties, finalement rejointe par Lawler lui-même dans le recueil des commentaires ci-dessus, est vraiment plutôt amusante.

Dans son approche du livre de Lawler, Armstrong rappelle que précisément le 3 août 2013, il a inventé le terme « radical réactionnaire Catholique » pour remplacer son ancienne épithète « Traditionaliste radical » (« radtrad ») et a ensuite révisé ses nombreux écrits en conséquence — comme si quelqu'un devrait s'en soucier — pour refléter la nouvelle épithète, qu'il définit comme suit :

« Je définis les « réactionnaires Catholiques radicaux » en tant que rigoristes, un groupe séparatiste complètement séparé du «Traditionalisme » dominant qui, continuellement, de façon vociférante et vitriolique [ sic ] ( comme trait caractéristique ou définition ), accable les Papes, le Vatican II, la Nouvelle Messe et l'Oecuménisme ( le « Grand Quatre » ) : ils vont aussi loin qu'ils peuvent aller sans franchir techniquement la ligne canonique du schisme. En effet, ils deviennent leurs propres Papes : ils exercent leur jugement privé d'une façon peu recommandable, tout comme ( assez

Le lecteur notera que la « définition » d'Armstrong est simplement une série d'insultes et que d'autres termes non définis ne représentent rien de plus qu'une caricature de la vision Traditionaliste de notre situation ecclésiale sans pareille. Le nuage de péjoratifs qui en résulte permet à Armstrong de ramener dans sa polémique la condamnation du « Traditionalisme dominant » qu'il prétend éviter, comme en témoigne son inclusion dans la catégorie des « réactionnaires Catholiques radicaux » à peu près tout l'univers Traditionaliste et même les commentateurs quasi Traditionalistes incluant « The Remnant, 1 Peter 5, Lifesite News, Rorate Caeli, [ et ] la Correctio dominée par les réactionnaires », le dernier étant ce groupe de Catholiques qui, comme Lawler, ont protesté publiquement contre le chaos que François a provoqué avec Amoris Laetitia , le document même que Lawler appelle « subversif ».

Armé de sa nouvelle définition pour la même vieille cible, Armstrong a trouvé la tactique salvatrice de dénoncer le livre de Lawler comme un tract « réactionnaire Catholique radical » tout en absolvant Lawler du délit personnel d’être un réactionnaire Catholique radical. Il informe ainsi Keating : « Je n'ai pas classé Phil comme un réactionnaire bien que je puisse voir pourquoi quelqu'un le penserait. J'ai simplement noté que dans ce que j'ai pu voir jusqu'ici dans son livre, il pense comme s’il en était un dans certains aspects clés / caractéristiques ». Selon Armstrong, alors que Lawler cancane comme un réactionnaire Catholique radical, il n'est « pas un réactionnaire maintenant », mais il peut encore l'être. Et s'il en finit là, je le ferai savoir, et j'aurai averti les gens que ça allait arriver... »

Pour sa part, Keating proteste que « Lawler n'est pas du tout un réactionnaire ( même s'il est « réactif » à certaines actions papales ), et je ne peux pas penser à des Catholiques Traditionalistes qui le qualifieraient même de Traditionaliste. Donc, Lawler n'est ni réactionnaire ni Traditionaliste. Cela doit être clair de peur que les références respectables de Lawler ne soient ternies. Au contraire, poursuit Keating : « il est un homme de tempérament conservateur, lent à tirer des conclusions, soucieux de donner aux hommes d'Église le bénéfice du doute. Il est plus un Russell Kirk qu'un Michael Voris ».

Ici, Keating révèle plus qu'il ne réalise, car un « Catholique à la saveur de Russell Kirk » serait précisément le genre de conservateur moderne — c'est-à-dire un libéral modéré après les Lumières — suggéré par l'équivalent ecclésial « néo-Catholique ». Les néo-Catholiques acceptent les nouveautés officiellement approuvées des cinquante dernières années, malgré leur incompatibilité manifeste avec les enseignements Traditionnels qu'il défendrait. François, cependant, a rendu cet exercice impossible. D'où le livre de Lawler et les troubles sociologiques qui en ont résulté dans une cohorte néo-Catholique qui n'existait même pas avant Vatican II.

Mais juste un instant : Voris refuse absolument de critiquer François, peu importe combien de preuves accumulées contre lui. Alors, qu'est-ce que cela fait à Lawler par rapport à Voris, étant donné que Lawler a conclu que François est un radical qui « éloigne l'Église des anciennes sources de la Foi » dans « un effort délibéré pour changer ce que l'Église enseigne » ? Il semble que Voris se joindrait à Armstrong pour dénoncer Lawler comme quelqu'un qui cancane au moins comme un réactionnaire Catholique radical. Je vais laisser Keating régler sa propre confusion à cet égard.

Armstrong, en réplique, s’inquiète que Lawler « se dirige probablement vers le Catholicisme réactionnaire » et « commence à argumenter et à penser de plus en plus comme eux ». Mais Keating assure Armstrong qu'aucune perspective aussi horrible n'est en vue : « Non, Dave, ce que Steve Skojec peut nous dire ne nous dit rien. Si vous aviez à dire quelque chose sur un autre sujet avec lequel il serait d'accord, il pourrait vous féliciter et vous dire que vous rejoindriez bientôt sa petite armée. Mais vous ne feriez pas une telle chose. Que Skojec ou quelqu'un d'autre fasse l'éloge de Lawler ne nous dit rien au sujet de Lawler, à part qu'il a écrit sur un sujet qui intéresse Skojec. Vous essayez de tirer beaucoup trop de la situation .... Quand Lawler glisse sur ce que vous considérez comme une pente glissante ( et sans freins ), quelqu'un pourrait prendre votre logique et dire à propos de certains libéraux théologiens bien connus qui ont récemment embrassé quelques positions orthodoxes : « Il n'y a pas d'arrêt sur son glissement, d’un extrême à l'autre, il finira par devenir Traditionaliste !

Traduction : Ne vous inquiétez pas. Il n'y a aucune chance que notre homme Phil Lawler devienne l'un d’entre eux. Il est le Russell Kirk de la critique papale, qui prend son temps avant de déclarer que François est un radical dangereux qui tente de changer l'enseignement de l'Église, qu'Amoris Laetitia est un document subversif et que sa papauté est désastreuse. Pas comme ces réactionnaires Catholiques radicaux — ce que Lawler n'est assurément pas — qui ont dit les mêmes choses beaucoup trop tôt. Grande différence, voyez-vous.

Finalement, Lawler est entré personnellement dans la mêlée pour assurer Armstrong qu'il n'est pas devenu un réactionnaire Catholique radical : « Si vous me donnez votre adresse email, je peux vous envoyer une copie des preuves, et vous pourrez faire votre jugement sur le livre complet. Je ne doute pas que vous aurez toujours des problèmes, mais j'espère que vous ne conclurez pas que je suis devenu réactionnaire ». Faites périr la pensée que tout Catholique qui réagirait radicalement contre un Pape radical est déterminé à changer l'enseignement de l'Église ! Les Catholiques doivent toujours rester inertes face aux attaques radicales contre la Foi, surtout quand le radical est un Pape. Lawler s'empresse donc de donner des assurances de son inertie continue, malgré son livre.

Ainsi, Armstrong, Keating et Lawler lui-même sont tous essentiellement d'accord : on ne doit jamais se permettre de devenir un radical réactionnaire Catholique, même si ce que disent ceux qui sont les partisans impurs à The Remnant et ailleurs est parfaitement vrai. Le récit néo-Catholique de l’acceptation passive du régime des nouveautés post-conciliaires en tant que fidélité supérieure à l'Église reste intacte, même si Lawler a déstabilisé l'état tranquille du statu quo en observant que François est allé trop loin sur la route pour officiellement approuver la catastrophe qu'ils ont tous suivi pendant des décennies sans protestation. En dépit de cette défaillance de protocole, Lawler n'en est toujours pas un de ceux-là. Il ne s'est pas souillé en rejoignant la caste des intouchables. Et n'est-ce pas ce qui importe avant tout ?

Telle est la profonde maladie sociologique de l'élément humain de l'Église au milieu de la pire crise de sa longue histoire.