lundi 15 janvier 2018

Les fidèles abandonnés
Hum ! Que faire ?



par Feu Père Nicholas Gruner, S.T.L., S.T.D. (Cand.)
SOURCE : Le Centre de Fatima
Date inconnue

Les Catholiques perplexes doivent se souvenir de ce que Notre-Dame a dit : « À la fin, mon Coeur Immaculé triomphera ! »

Beaucoup de vrais Catholiques de nos jours, chez les laïcs et les prêtres au Canada, aux États-Unis et à l'étranger, se voient de plus en plus sans aide et sans solution apparente. C'est une situation terriblement troublante pour eux tous parce qu'ils voient de nombreux responsables et organisations de l'Église et des Catholiques individuels tomber au bord du chemin vers l'esprit du monde. L'apostasie semble avoir envahi les responsables de l'Église, les paroissiens et les bureaux de chancellerie.

Désormais, plusieurs de nos frères Catholiques ne considèrent plus leurs Évêques ni leurs pasteurs comme des aidants dans la détresse qu'ils éprouvent ni dans la faim qu'ils éprouvent pour le Catholicisme pur et simple qu'ils s'attendaient à trouver proclamé, enseigné et expérimenté au niveau de la paroisse, dans les catéchismes, dans la vie liturgique et de prière de la paroisse, dans les livres et les sermons qui leur sont offerts au sein de la communauté Catholique, et dans les vies exemplaires qu'ils ont appris à rechercher chez ceux qui professent publiquement les conseils évangéliques.

Comme le dit si bien le Père Paul Crane, S.J., rédacteur en chef de Christian Order : « Ce n'est pas seulement un cas où les brebis affamées lèvent la tête et ne sont pas nourries. De nos jours, les brebis affamées ne prennent même pas la peine de lever les yeux tant elles sont certaines qu'elles ne seront pas nourries. « Experientia docet », elles savent d'expérience amère que cela ne sert à rien de le faire ».

Et le Père Crâne explique en outre : « C'est à leur crédit, énormément, qu'en dépit de la frustration qui les assaille, elles se sont attachées à la Foi de leurs Pères, la Foi pour laquelle les Martyrs Anglais sont morts. Selon ma façon de penser, les Catholiques contemporains qui tiennent si fermement à leur Foi, souvent contre toute attente, sont les vrais martyrs de notre temps. Que Dieu les bénisse pour cela ».

C'est un grand honneur pour les Catholiques Orthodoxes d'avoir gardé la Foi, malgré le mauvais exemple, l'enseignement hérétique, l'hétéropraxie de la paroisse « Catholique moderne ».

Que peut faire un vrai et loyal Catholique ?

Nous devons prier. À Fatima, Notre Dame a insisté sur le Rosaire, au moins cinq décennies du Rosaire chaque jour. Nous devons prier parce que c'est par la prière que nous sauverons nos âmes. « Celui qui prie sera sauvé. Celui qui ne prie pas sera condamné », a dit saint Alphonse de Liguori. Cela est particulièrement vrai à notre époque parce que nous vivons dans une période d'apostasie, la Grande Apostasie prédite dans la Sainte Écriture où même les élus seraient trompés, si cela était possible.

La Sainte Vierge a promis à Saint Dominique et au Bienheureux Alan que si nous prions le chapelet tous les jours, nous ne tomberions pas dans l'hérésie. Et si quelqu'un était d’ores et déjà tombé dans l'hérésie, c'est-à-dire qu'il aurait été trompé par le diable et ses disciples en niant un article de Foi pour qu'il soit conduit à l'enfer s'il persistait dans cette erreur, Notre Dame a promis, s'il priait le Rosaire, qu’il ne resterait pas longtemps dans l'hérésie. La prière, en particulier le chapelet, est plus importante pour nous tous aujourd'hui plus que jamais.

Il est vrai que quelques-uns, un reste des Fidèles, resteront même au temps de l'apostasie totale et de la conquête de la victoire mondiale de l’antéchrist, ce qui arrivera certainement si le Pape ne donne pas bientôt l'ordre de consacrer la Russie.

Tout ce que le Pape a à faire, c'est de donner l'ordre, sous peine d'excommunication, à tous les Évêques Catholiques, de consacrer la Russie le même jour dans une cérémonie solennelle et publique.

Si certains Évêques ne coopèrent pas, leur coopération ne serait pas nécessaire car ils seraient excommuniés et ne seraient donc plus des Évêques Catholiques.

Et il semble qu'il soit seulement nécessaire que le Pape donne l'ordre aux Évêques de se conformer à la demande de Notre-Dame pour que la conversion de la Russie ait lieu et que la paix soit donnée au monde. Bien sûr, lui-même, doit personnellement exécuter ce commandement de Notre-Dame.

Sœur Lucie ne suggéra pas que le Pape devrait attendre d'avoir le consentement des Évêques avant de les lui demander formellement, mais elle dit plutôt que c'était au Pape de donner l'ordre. Cet ordre donné, avec en plus la propre obéissance du Pape, est tout ce qui est nécessaire, et je cite de sa lettre du 29 mai 1930 au Père Bernard Goncalves, son confesseur.

« Le Bon Dieu promet de mettre fin à la persécution de la Russie si le Saint-Père daigne faire et ordonne que les Évêques du monde Catholique fassent un acte solennel et public de réparation et de Consécration de la Russie aux Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, et Sa Sainteté, promettant qu'à la fin de cette persécution, il approuvera et recommandera la pratique de la dévotion réparatrice déjà indiquée » (c.-à-d. les Cinq Premiers Samedis du Mois).

Nous devons donc prier pour le Pape, nous devons prier spécialement le Rosaire pour lui car le premier triomphe de Notre Dame sera l'obéissance du Pape. Et le Pape hésite maintenant parce qu'il est persécuté.

Comme le message de Fatima nous dit que le Pape sera persécuté, nous devons le libérer de ses persécuteurs comme les premiers Chrétiens ont libéré Saint Pierre en priant pour lui, et il a été libéré de la prison d'Hérode par un ange à cause de leurs prières incessantes.