vendredi 26 janvier 2018

Le Cardinal Eijk demande au Pape de clarifier les questions
concernant les divorcés « remariés »




Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five
Le 26 janvier 2018


Comme le rapporte Katholisch.de, le site officiel des Évêques Allemands, le Cardinal Willem Eijk, Cardinal Hollandais et Archevêque Métropolitain d'Utrecht, a demandé au Pape François d'éclaircir la confusion qui entoure la question des divorcés/remariés dans l'Église. Dans une interview publiée aujourd'hui dans le journal Néerlandais Trouw, le Cardinal Eijk ( 64 ans ) déclare : « Les gens sont confus, et ce n'est pas bon.

Le Cardinal Eijk se réfère ici à l'enseignement ambigu issu du document Amoris Laetitia du Pape. Comme le dit Katholisch.de :

François plaide pour l'idée de permettre, dans des cas individuels, que les divorcés/remariés aient accès aux Sacrements — après un examen pastoral attentif, et ce même si le précédent mariage canonique existe encore.

Le Cardinal Eijk propose maintenant que le Pape rédige un document supplémentaire dans lequel les doutes devraient être levés. Eijk lui-même soutient une interprétation plus stricte du Droit Canon à cet égard. À son avis, les Catholiques peuvent ne pas être autorisés à se remarier si leur divorce n'a pas été présenté au tribunal matrimonial de l'Église. Autrement, selon Eijk, ces couples pourraient ne pas avoir accès à la Sainte Communion. Comme il le dit, selon une traduction de Mark de Vries :

« Nous avons les paroles du Christ Lui-Même, que le mariage est un et ne peut pas être rompu. C'est ce que nous maintenons dans l'Archidiocèse. Lorsqu'un tribunal ecclésiastique a déclaré un mariage nul, il est officiellement confirmé qu'il n'y a jamais eu de mariage. Alors seulement, on est libre de se marier et de recevoir les Sacrements de la Confession et de la Communion ».

Comme le rapporte Katholisch.de, le Cardinal Eijk critique également le débat sur ce sujet au sein de l'Église Catholique : une Conférence Épiscopale établit des règles différentes d'une autre. Il dit : « Mais ce qui est vrai dans un endroit ne peut pas être soudainement faux dans un autre endroit ».

La déclaration du Cardinal Eijk a un poids considérable dans la mesure où il est un expert respecté dans les questions de théologie morale. En outre, il n'est pas un prélat à la retraite et il prend donc beaucoup plus de risques en prenant une telle position. Il était, en 2015, parmi les signataires de la Lettre des Treize Cardinaux au Pape François demandant une procédure équitable lors de ce Deuxième Synode des Évêques sur le Mariage et la Famille.

De plus, juste avant le Deuxième Synode des Évêques sur le Mariage et la Famille de 2015, le Cardinal Eijk était parmi les onze Cardinaux qui ont publié un livre en défense de l'enseignement Catholique traditionnel sur le Mariage, intitulé « Eleven Cardinals Speak on Marriage and the Family : Essays from a Pastoral » [ Onze Cardinaux parlent sur le Mariage et la Famille : un essai à partir d’un point de vue pastoral ]. Dans ce livre, le Cardinal John Onaiyekan ( Nigéria ) a écrit les paroles suivantes qui sonnent maintenant avec un ton perçant :

Le Synode [ sur la Famille ] n'a pas été appelé pour décider si oui ou non les couples divorcés et remariés peuvent recevoir la Sainte Communion. Ce n'est certainement pas le but du Synode. Le Synode n'a pas non plus été appelé pour discuter de la question de l'homosexualité et si deux hommes Catholiques ou deux femmes Catholiques peuvent se présenter à l'autel pour un mariage. [...] Ce sont des questions qui sont déjà claires dans nos Doctrines. Les Synodes ne sont pas appelés à changer les Doctrines ou les enseignements de l'Église. [Nous soulignons]