samedi 6 janvier 2018

Et puis il y en a eu six !
un Cardinal signe...
la « Profession des Vérités Immuables sur le Mariage Sacramentel »
Où sont les Cardinaux Burke et Brandmüller ?



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 6 janvier 2018

Dans ma dernière chronique, j'ai noté que deux Archevêques ont rejoint les trois Évêques du Kazakhstan en signant la « Profession des Vérités Immuables sur le Mariage Sacramentel », qui dénonce l'interprétation d'Amoris Laetitia (AL) que le Pape François a approuvée sous le label « Magistère Authentique » et qui est cause de « confusion rampante », « étrangère » à la Foi Catholique, et contribuant à la diffusion de ce que Vatican II appelait l’« épidémie du divorce » dans l'Église.

Les deux Archevêques sont des « poids lourds » ecclésiastiques : l'Archevêque Carlo Vigano, qui n'était pas moins que l'ancien Nonce Apostolique des États-Unis, et l'Archevêque Émérite Luigi Negri, responsable à la retraite de l'Archidiocèse de Ferrara-Comacchio.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Mais où, aurait-on pu se demander, se trouvent les Princes de l'Église, dont aucun n'a dénoncé l'attaque d'Amoris Laetitia contre l'édifice moral de l'Église ? Où, en particulier, sont les Cardinaux Burke et Brandmüller, qui ont promis depuis longtemps mais qui jusqu'ici n'ont pas réussi à fournir une « Correction Formelle » des erreurs d'Amoris Laetitia?

Maintenant, cependant, au moins un Cardinal s'est levé pour défendre la Foi contre l'assaut d'Amoris Laetitia et l '« interprétation » que François a qualifiée de « Magistère Authentique » — même si elle contredit l'enseignement de ses deux prédécesseurs immédiats et est, comme la Profession le mentionne, « étrangère à toute la Tradition de la Foi Catholique et Apostolique ». Selon Diane Montagna du Life Site News, le Cardinal Janis Pujats, Archevêque Métropolite de Riga, en Lettonie, a rejoint les trois Évêques du Kazakhstan et les deux Archevêques Italiens en signant le « Profession des Vérités Immuables sur le Mariage Sacramentel » ... L'ajout de la signature du Cardinal Janis Pujats porte à six le nombre de signataires ».

Le Cardinal Pujats, note Montagna, a été victime de la persécution soviétique en Lettonie et a dû être ordonné « dans une cérémonie secrète par l'Archevêque Antonijs Springovičs ». Ici, nous avons un homme qui a le courage de résister à la tyrannie sans crainte de représailles. Pujats, Montagna note en outre, « était l'un des Cardinaux électeurs qui ont participé au Conclave de 2005 qui a élu le Pape Benoît XVI ». Je doute qu'il ait voté pour le Cardinal Bergoglio à ce qui était alors la hauteur de l'intrigue par la « Mafia de Saint Gall » pour vaincre Ratzinger et assoir Bergoglio sur la Chaire de Pierre — un complot dont le but a finalement été atteint après la mystérieuse démission de Benoît XVI.

Notez, cependant, que le Cardinal Pujats est le Cardinal Archevêque à la retraite de Ferrara-Comacchio. Autrement dit, il ne détient aucun poste duquel le « Pape Dictateur » peut le destituer comme il l'a fait avec le Cardinal Burke et même avec de nombreux autres prélats et prêtres au Vatican ( et ailleurs ) qui sont perçus comme un obstacle à sa volonté. .

Là encore, ni Burke ni Brandmüller n'occupent un poste de grande importance dans l'Église. Burke fut limogé à la tête de la Signature Apostolique, retiré de la Congrégation pour les Évêques et ensuite neutralisé en tant que Prélat de l'Ordre Souverain des Chevaliers de Malte, poste auquel François l'a humilié. Alors que Brandmüller tient essentiellement le poste titulaire de Cardinal-Diacre de l'Église Romane San Giuliano dei Fiamminghi, l'Église nationale de la Belgique à Rome.

Qu'est-ce donc qui explique le silence persistant des prélats qui ont promis une « Correction Formelle » des erreurs d'Amoris Laetitia ? Sont-ils sous une sorte de menace ? On ne peut que spéculer, mais l'absence de correction formelle est certainement déroutante, surtout après la parution de la Profession, maintenant signée par un Cardinal.

En attendant que les deux Cardinaux fassent ce qu'ils ont promis de faire, le respecté Vatican Marco Tosatti, citant un rapport qu'il juge crédible sur la base de ce que nous avons vu de ce pontificat jusqu'à présent, écrit que le Pape François « prépare sa contre-attaque » contre les signataires de la Profession, qui consistera en une campagne de diffamation par ses substituts et il a déclaré lors d'une rencontre avec son équipe de publicité : « Ils [ les signataires ] le regretteront. Ils le regretteront amèrement ». [ « Se ne pentiranno ! Se ne pentiranno amaramente ! » ]

Nous regardons l'histoire de l'Église en devenir. Et Dieu seul sait comment et quand Il délivrera l'Église des griffes du « régime de la nouveauté » qui l'a opprimée pendant presque aussi longtemps que l'hérésie Arienne. Une chose est certaine : cette délivrance impliquera la Consécration de la Russie et le Triomphe du Cœur Immaculé de Marie.