vendredi 5 janvier 2018

Entretien de Mgr Athanasius Schneider avec Rorate Caeli
sur la « Profession des Vérités Immuables »
et sur la Communion pour les « divorcés et remariés »




Le 4 janvier 2018
SOURCE : Rorate Caeli


MISE À JOUR au 5 janvier 2018 : Mgr Schneider nous apprend que le Cardinal Janis Pujats, Archevêque Métropolite de Riga / Lettonie, a ajouté sa signature au texte de la « Profession des Vérités Immuables ». Bons Evêques et Princes de l'Église, défendez la Vérité. Levez-vous pour Christ et signez !


Mgr Athanasius Schneider — Auxiliaire d'Astana au Kazakhstan et l'un des trois premiers rédacteurs de la Profession des Vérités Immuables de cette semaine en réponse à Amoris Laetitia et l’approbation officielle par le Pape François de la Communion à certains Catholiques « divorcés et remariés » participé à une interview avec Rorate Caeli après la publication du document.


RORATE CAELI (RC) : Votre Excellence a été personnellement à l'avant-garde en matière de restauration de la Liturgie Traditionnelle pendant de nombreuses années. Maintenant, Monseigneur Peta et Mgr Lenga ont fait une sortie publique et vigoureuse pour défendre le Mariage à la suite d'Amoris Laetitia. Pourquoi avez-vous décidé, à vous trois, de réagir ?

ÉVÊQUE ATHANASIUS SCHNEIDER (EAS) : Après la publication d'Amoris Laetitia, plusieurs Évêques et Conférences Épiscopales ont commencé à publier des normes « pastorales » concernant les soi-disant « divorcés et remariés ». On doit dire que, pour un Catholique, il n'y a pas de divorce parce qu'un lien sacramentel valide d'un mariage ratifié et consommé est absolument indissoluble et même le lien d'un mariage naturel est en soi indissoluble. De plus, pour un Catholique, il n'y a qu'un seul mariage valide, son conjoint légitime étant toujours vivant. Par conséquent, on ne peut pas parler d'un « remariage » dans ce cas.

L'expression « divorcés et remariés » est par conséquent trompeuse et fallacieuse. Puisque cette expression est communément connue, nous l'utilisons seulement entre guillemets et avec la remarque « soi-disant » qui précède toujours. Les normes pastorales mentionnées concernant les soi-disant « divorcés et remariés » — normes masquées par une rhétorique proche du sophisme — prévoient finalement l'admission des « divorcés et remariés » à la Sainte Communion sans l'exigence de la condition indispensable et divinement établie qu'ils ne peuvent pas violer leur lien de mariage sacré à travers leur relation sexuelle habituelle avec une personne qui n'est pas leur conjoint légitime. Un certain pic a été atteint dans ce processus de reconnaissance implicite du divorce dans la vie de l'Église lorsque le Pape François a ordonné de publier dans les Acta Apostolicae Sedis sa lettre d'approbation des normes similaires qui ont été publiées par les Évêques de la Région Pastorale de Buenos Aires.

Cet acte a été suivi par une déclaration que cette approbation papale appartiendrait au Magistère Authentique de l'Église. Face à de telles normes pastorales qui contredisent la Révélation Divine avec sa désapprobation absolue du divorce et contredisent aussi la pratique enseignante et sacramentelle du Magistère Ordinaire et Universel infaillible de l'Église, nous avons été contraints en conscience, en tant que Successeurs des Apôtres, d’élever notre voix et de réitérer la Doctrine immuable et la pratique de l'Église concernant l'indissolubilité du Mariage sacramentel.

RC : La Conférence Kazakhe a-t-elle officiellement publié une interprétation d’Amoris Laetitia ? Est-ce qu'ils prévoient de le faire ou est-ce que cette lettre signifie que la Conférence estime qu'Amoris Laetitia ne peut pas être compris d'une manière orthodoxe ou est en aucune façon compatible avec le Catéchisme et avec l'Écriture et Tradition ?

EAS : Le texte de la « Profession des Vérités » n'est pas un document de la Conférence Épiscopale du Kazakhstan, mais un document uniquement des Évêques qui l'ont signé. Notre Conférence Épiscopale a estimé qu'il n'était pas nécessaire d'édicter des normes pastorales en tant qu'interprétation d’Amoris Laetitia. Même si dans notre société le fléau du divorce est répandu, une conséquence des 70 ans de Matérialisme Communiste, et que nous avons aussi dans nos paroisses des cas de soi-disant « divorcés et remariés », pourtant les mêmes « divorcés et remariés » n'oseraient pas demander à être admis à la Sainte Communion, puisque la conscience et la conscience du péché sont, grâce à Dieu, très profondément enracinées dans les âmes et même dans la société civile.

Dans notre pays, les gens commettent le péché comme ailleurs, mais notre Peuple reconnaît encore que le péché est péché et, donc pour de tels pécheurs, il y a espoir de conversion et de Miséricorde Divine. Ce serait pour notre Peuple — et même pour les soi-disant « divorcés et remariés » parmi eux — une sorte de blasphème d'exiger l'accès à la Sainte Communion tout en continuant à cohabiter avec une personne qui n'est pas leur épouse légitime. Par conséquent, notre Conférence Épiscopale n'a pas vu la nécessité de publier des normes pertinentes.

RC : Nous avons envoyé les fameuses dubia au Pape ainsi qu’une Correction Filiale — signée pour la plupart par des laïcs— a également été envoyée. Aucun n'a reçu de réponse. Cependant, beaucoup estiment que François a déjà répondu dans un sens quand il a officiellement approuvé les instructions apparemment hérétiques des Évêques de Buenos Aires aux divorcés et remariés qui cohabitent encore. Devons-nous attendre encore quelque chose de François à ce sujet ?

EAS : Les instructions des Évêques de Buenos Aires n'expriment pas directement une hérésie. Pourtant, ils permettent, dans des cas individuels, aux personnes « divorcées et remariées » de recevoir la Sainte Communion, en dépit du fait qu'elles ne veulent pas arrêter les relations sexuelles avec leur partenaire non-conjugal. Dans ce cas, les instructions pastorales mentionnées nient en pratique, et donc indirectement, la Vérité Divinement Révélée de l'indissolubilité du Mariage. La triste circonstance est que le Pape a approuvé de telles instructions. Par ce biais, le Pape a donné, à mon avis, directement une réponse au premier point et indirectement aux quatre autres points des dubia . Nous ne pouvons qu'espérer, par nos appels, nos prières et nos sacrifices, que le Pape François puisse répondre de la manière la plus claire aux cinq points des dubia selon l'enseignement pertinent du Magistère infaillible Ordinaire et Universel.

RC : La menace pour les fidèles a été claire, non seulement depuis la promulgation d'Amoris Laetitia, mais aussi à partir des seules discussions lors des Synodes. La confusion que cela a causée ne peut être remise en question. Cependant, tout comme l'utilité de Humanae Vitae a été affaiblie en raison du temps qu'il a fallu pour le publier, est-ce trop tard pour arrêter les dégâts, surtout quand le Pape a officiellement donné la permission à certains divorcés et remariés de recevoir la Sainte Communion ?

EAS : Nous devons garder à l'esprit que l'Église n'est pas entre nos mains ni même entre les mains du Pape, mais dans les Mains du Christ, et nous ne pouvons donc pas dire que tout cela est maintenant trop tard pour arrêter les dégâts. Nous pouvons également appliquer l'affirmation suivante de Saint Paul à notre situation dans l'Église : « Mais là où le péché s'est multiplié, la grâce de Dieu a été bien plus abondante encore ». (Romains 5 :20). Dieu a permis cette extraordinaire confusion Doctrinale et morale dans l'Église pour qu’après cette crise, la Vérité brille et que l'Église devienne spirituellement plus belle, surtout chez les couples mariés, dans les familles et chez les Papes.

RC : Nous avons entendu maintenant, depuis plus d'un an, qu'une Correction Formelle venant des Cardinaux est imminente, mais rien n'est arrivé. Qu’est-ce que vous croyez qui la retient ?

EAS : Face à l'actuelle éclipse temporelle et partielle de la fonction du Magistère Pontifical concernant concrètement la défense et l'application pratique de l'indissolubilité du Mariage, les membres de l'Épiscopat et des Collèges de Cardinaux doivent assister le Pape dans ce devoir Magistériel à travers des professions publiques des Vérités Immuables que le Magistère Ordinaire et Universel — c'est-à-dire ce que tous les Papes et l'Épiscopat tout entier ont enseigné à tout moment concernant la Doctrine et la pratique sacramentelle du Mariage.

RC : Si une Correction Formelle est faite par un certain nombre de Cardinaux et que François continue à approuver officiellement les Conférences des Évêques qui donnent la Sainte Communion à certains divorcés et remariés, alors quoi ?

EAS : Il existe le principe suivant de la Doctrine Catholique Traditionnelle depuis les premiers siècles : « Prima sedes a nemine iudicatur », c'est-à-dire que la Première Chaire Épiscopale de l'Église ( la Chaire du Pape ) ne peut être jugée par personne. Lorsque les Évêques rappellent respectueusement au Pape la Vérité immuable et la discipline de l'Église, ils ne jugent pas de cette façon la Première Chaire de l'Église, mais se comportent comme des collègues et des frères du Pape. L'attitude des Évêques envers le Pape doit être collégiale, fraternelle, non servile et toujours surnaturellement respectueuse, comme l'a souligné le Concile Vatican II ( notamment dans les documents Lumen Gentium et Christus Dominus ). Il faut continuer à professer la Foi immuable et prier encore plus pour le Pape et, alors, seul Dieu peut intervenir et Il le fera incontestablement.

RC : Pour le Catholique typique, qui va à la Messe mais ne suit peut-être pas la politique de l'Église comme le font les lecteurs de Rorate Caeli , les Catholiques occasionnels qui entendent le Souverain Pontife dire de nombreuses choses confuses ces dernières années, des choses qui semblent contraires à quoi ils ont été enseignés pendant toute leur vie, qu’est-ce que Son Excellence leur dit ? Et comment les Catholiques sérieux repoussent-ils quand, à chaque tournant, les Modernistes leur demandent s'ils pensent qu'ils sont « plus Catholiques que le Pape » ?

EAS : Premièrement, ces fidèles doivent continuer à lire et à étudier le Catéchisme immuable et surtout les grands documents Doctrinaux de l'Église. De tels documents sont ici des thèmes, par exemple, les Décrets du Concile de Trente sur les Sacrements ; les Encycliques Pascendi de Pie X ; Casti Connubii de Pie XI ; Humani Generis de Pie XII ; Humanae Vitae de Paul VI ; le Credo du Peuple de Dieu de Paul VI ; l'Encyclique Veritatis Splendor de Jean-Paul II ; et son Exhortation Apostolique Familiaris consortio . Ces documents ne reflètent pas une signification personnelle et éphémère d'un Pape ou d'un Synode pastoral. Au lieu de cela, ces documents reflètent et reproduisent le Magistère Ordinaire et Universel infaillible de l'Église.

Deuxièmement, ils doivent garder à l'esprit que le Pape n'est pas le créateur de la vérité, de la Foi et de la discipline sacramentelle de l'Église. Le Pape et tout le Magistère « ne sont pas au-dessus de la Parole de Dieu, mais la servent, n'enseignant que ce qui a été transmis » ( Concile Vatican II, Dei Verbum , 10 ). Le Premier Concile du Vatican a enseigné que le charisme du Ministère des Successeurs de Pierre « ne signifie pas qu'ils pourraient faire connaître une nouvelle Doctrine, mais que, par l'assistance du Saint-Esprit, ils pourraient religieusement garder et exposer fidèlement la Révélation ou Dépôt de la Foi transmis par les Apôtres » (Pastor aeternus , chapitre 4) .

Troisièmement, le Pape ne peut pas être le point focal de la vie quotidienne de la Foi d'un fidèle Catholique. Le point focal doit plutôt être le Christ. Sinon, nous devenons victimes d'un papo-centrisme fou ou d'une sorte de papolâtrie, une attitude qui est étrangère à la Tradition des Apôtres, des Pères de l'Église et de la plus grande Tradition de l'Église. Le soi-disant « ultramontanisme » des 19 e et 20 e siècles a atteint son apogée de nos jours et a créé un papo-centrisme et une papolâtrie. Pour ne citer qu'un exemple : il y a eu à Rome à la fin du 19ème siècle un Monseigneur célèbre qui conduisait différents groupes de pèlerins aux audiences papales. Avant de les laisser entrer pour voir et entendre le Pape, il leur disait : « Écoutez attentivement les paroles infaillibles qui sortiront de la bouche du Vicaire du Christ ». Une telle attitude est certainement une pure caricature du Ministère Pétrinien et contraire à la Doctrine de l'Église. Néanmoins, même de nos jours, il n’y a pas peu de Catholiques, de prêtres et d'Évêques qui manifestent sensiblement la même attitude caricaturale envers le Ministère sacré du Successeur de Pierre.

La vraie attitude envers le Pape selon la Tradition Catholique doit être toujours d’une saine modération, avec intelligence, avec logique, avec bon sens, avec l'esprit de la Foi et bien sûr aussi, avec une dévotion sincère. Pourtant, il doit y avoir une synthèse équilibrée de toutes ces caractéristiques. Nous espérons qu'après la crise actuelle, l'Église atteindra une attitude plus équilibrée et saine envers la personne du Pape et envers son Ministère sacré et indispensable dans l'Église.