mardi 23 janvier 2018

CHINE - VATICAN

Le Vatican demande aux Évêques légitimes de se retirer en faveur de ceux qui sont illégitimes




par : John Baptist Lin
Le 22 janvier 2018

SOURCE : Asia News

Sommaire

En décembre dernier, Mgr Peter Zhuang Jianjian de Shantou ( Guangdong ) a été contraint de se rendre à Pékin où « un prélat étranger » du Vatican lui a demandé de quitter son siège au profit de l'Évêque illicite Joseph Huang Bingzhang. Il avait reçu la même demande en octobre dernier. Mgr Joseph Guo Xijin, Évêque Ordinaire de Mindong, devrait devenir l'auxiliaire ou le coadjuteur de l'Évêque illicite Vincent Zhan Silu. Sinisant l'Église Chinoise signifie soutenir le principe de l'indépendance et suivre la direction du Parti Communiste.


Guangzhou (AsiaNews) — Le Saint-Siège a demandé à l'Évêque Peter Zhuang Jianjian de Shantou, dans le sud du Guangdong, de prendre sa retraite afin de céder la place à un Évêque excommunié alors qu'un autre Évêque nommé par le Vatican était prié de se rétrograder comme assistant d’un Évêque illicite

C'est la deuxième fois en trois mois que le Saint-Siège demande la démission à Mgr Zhuang, qui a été secrètement ordonné en 2006 avec l'approbation du Vatican. Cependant, il n'est reconnu que comme prêtre par le gouvernement Chinois, qui, de son côté, soutient pleinement l'Évêque excommunié Huang Bingzhang, membre de longue date de l'Assemblée Populaire Nationale, le Parlement Chinois.

Une lettre du 26 octobre a demandé à l'Évêque de 88 ans de démissionner pour céder la place à l'Évêque excommunié, que le Saint-Siège va reconnaître. « L'Évêque Zhuang à ce moment-là a refusé d'obéir et a plutôt « porté sa croix » pour avoir désobéi » a déclaré une source de l'Église du Guangdong qui a demandé à ne pas être nommée.

Dans le dernier incident, l'Évêque Zhuang a été escorté à Beijing du 18 au 22 décembre à partir de son diocèse méridional pour rencontrer quelques hauts fonctionnaires du gouvernement central et une délégation du Vatican, selon la source de l'Église.

Avant le voyage, des fonctionnaires ont commencé à surveiller l'Évêque Zhuang le 11 décembre. Même en sachant que l'Évêque n'était pas en bonne santé et que le temps était glacial à Pékin, ils ont rejeté sa demande de ne pas aller dans le nord de la Chine mais ils lui ont envoyé un médecin. Un total de sept fonctionnaires du gouvernement local se sont joints à l'Évêque Zhuang, mais aucun prêtre n'a été autorisé à le suivre, a indiqué la source.

En séjournant à l'hôtel Huguosi à Pékin, Mgr Zhuang a été emmené à une visite touristique le 19 décembre, puis au siège de l'Association Patriotique Catholique Chinoise ( APCC ) et à la Conférence des Évêques le lendemain, où il a rencontré les Évêques Ma Yinglin, Shen Bin et Guo Jincai, le Président, Vice-Président et Secrétaire Général respectivement de la Conférence des Évêques, a continué la source.

La conférence du APCC et la conférence des Évêques, ainsi que Ma et Guo, deux Évêques illicites, ne sont pas encore reconnus par le Saint-Siège.

Le 21 décembre, Mgr Zhuang a été emmené à la résidence d'État de Diaoyutai. Il a d'abord été accueilli par trois fonctionnaires de l'Administration d'État pour les affaires religieuses. Ensuite, il a été dirigé par le Père Huang Baoguo, un prêtre Chinois qui sert à la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, pour rencontrer un Évêque étranger et trois prêtres étrangers du Vatican.

Depuis que la Chine et le Vatican ont repris contact officiellement en 2014, l'Archevêque Claudio Maria Celli, un vétéran des affaires de l'Église en Chine, est connu pour être responsable des négociations et a été plusieurs fois en Chine à cet effet. On pense que le prélat que Mgr Zhuang a rencontré est l'Archevêque Celli.

L'Évêque étranger a expliqué que le but de leur voyage en Chine était de faire quelque chose afin de parvenir à une entente avec le gouvernement Chinois et de permettre à l'Évêque Huang de devenir l'Évêque légitime du diocèse, a indiqué la source.

La délégation du Saint-Siège a demandé à Mgr Zhuang de se retirer comme dans la lettre datée du 26 octobre mais avec une condition additionnelle qui aurait pu consoler l'Évêque âgé : il pourrait nommer trois prêtres pour que Mgr Huang en prenne un comme son vicaire général, a continué la source.

« L'Évêque Zhuang n'a pas pu retenir ses larmes en entendant la demande » a déclaré la source, ajoutant que « cela n'a pas de sens de nommer un vicaire général, qui est toujours prêtre et que l'Évêque Huang pourrait révoquer à tout moment ».

Certains Évêques du sud de la Chine se sont opposés à l'idée de reconnaître à la hâte l'Évêque Huang, qui a été officiellement excommunié par le Saint-Siège en 2011 lorsqu'il a accepté l'ordination épiscopale illicite sans mandat papal. Un des Évêques qui a demandé à ne pas être nommé a dit au site AsiaNews que le Vatican avait demandé leur avis. « Je n’ai pas connu le résultat, mais c'est une mauvaise solution » a-t-il déclaré.

AsiaNews a également demandé au Vatican de confirmer la situation à Shantou. Un représentant familier du dossier Chinois a déclaré que la lettre que Mgr Zhuang a reçue n'était qu'une demande d'avis sur l'Évêque illicite Mgr Huang. Une autre personne a gardé le silence. Le Cardinal Joseph Zen, Évêque Émérite de Hong Kong, a confirmé les informations obtenues par AsiaNews.

L'affaire Mindong

Alors que l'Évêque Zhuang était convoqué à Pékin, la délégation du Vatican se serait rendue dans la province orientale du Fujian pour rencontrer Mgr Vincent Zhan Silu, l'un des sept Évêques illicites qui attendaient que le Vatican les reconnaisse.

Selon des sources locales, Mgr Joseph Guo Xijin, Évêque ordinaire de Mindong appartenant à la Communauté Clandestine, a été invité à se rétrograder en tant qu'assistant de l'Évêque Zhan Silu, selon l'une des affirmations étant qu'il devait se rétrograder pour devenir Évêque coadjuteur.

Selon l'une des sources, la signature d'un document pour accepter une rétrogradation « volontaire » en tant qu'Évêque coadjuteur était également une des conditions que les fonctionnaires du gouvernement ont proposé à Mgr Guo pour le reconnaître alors qu'il était détenu pendant un mois avant le Semaine Sainte en 2017.

Mgr Zhan Silu a refusé de confirmer la réunion ou de divulguer des détails sur ses progrès de reconnaissance avec le Saint-Siège. Il a seulement dit à AsiaNews que les officiels du Vatican et de la Chine avaient des réunions régulières concernant les négociations.

Un prêtre clandestin de Mindong a déclaré ne pas être au courant de la visite de la délégation du Vatican. « Nous trouvons cela bien sûr difficile à accepter, mais avons-nous le droit de nous opposer au Vatican ? » a-t-il dit, ajoutant toutefois que si la chose se déroulait ainsi, « je pourrais envisager de quitter mon sacerdoce ».

Bien que la nouvelle d'abaisser le statut d'Évêque semble extraordinaire ou incroyable dans l'Église universelle, cela n'est pas surprenant en Chine. En octobre dernier, le rapport de travail du Secrétaire Général Xi Jinping à la séance d'ouverture du 19ème Congrès National du Parti Communiste Chinois a appelé à de « nouvelles approches » adoptées pour les travaux liés aux affaires ethniques et religieuses.

Un article précédent sur Qiushi, un journal de haut niveau sur la théorie Communiste dirigé par le Comité Central du Parti, publié le 15 septembre, portait également le titre de « Théorie et pratique novatrice du travail religieux depuis le 18e Congrès National du PCC [ Parti Communiste Chinois ] » en 2012.

Bien que ce soit sans une claire élaboration de ce qui sera la pratique novatrice envers l'Église Catholique, l’APCC et la Conférence des Évêques ont adopté un plan quinquennal visant à « siniser » l'Église Catholique le 14 décembre. L’orientation concernant la « Sinisation de la religion » est un terme mentionné pour la première fois par Xi Jinping lors de la réunion de travail du Front Uni Central en 2015. L'essentiel est de demander à toutes les religions de respecter un principe indépendant et de suivre la direction du Parti Communautaire.

Le fait que le Saint-Siège reconnaisse sept Évêques illicites ( à l'origine huit et un mort en 2017 ), parmi lesquels Mgr Huang et deux autres ont été publiquement excommuniés par le Saint-Siège, fait partie des questions épineuses à résoudre dans les négociations sino-vaticanes. En échange, la Chine devrait reconnaître une vingtaine de candidats Évêques nommés par le Saint-Siège, dont certains ont déjà été secrètement ordonnés pour la communauté ecclésiale ouverte au cours des dernières années ainsi que près de 40 Évêques de la Communauté Clandestine.

Selon un article du Cardinal John Tong en 2017, le problème central à résoudre dans les négociations à huis clos entre la Chine et le Vatican est la nomination des Évêques.