jeudi 4 janvier 2018

Alors vous pensez
que le Communauté Chrétienne est une chimère ?
Pensez-y deux fois.



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 3 janvier 2018

Même si l'appareil du Vatican semble vouloir transformer l'Église Catholique en ce qu'Antonio Socci a appelé « un assistant social du Nouvel Ordre Mondial », avec un nouvel Évangile de la migration Musulmane sans restriction en Europe, le « changement climatique », l'élimination utopique de « l'inégalité » et de « la paix mondiale » sans le Prince de la Paix, les peuples des Baptisés de l'Europe de l'Est tracent leur propre voie : un retour vers le chemin d'où tout le monde Occidental fut retiré de force pendant l'âge de la « révolution démocratique ».

En Hongrie, une alliance de Catholiques et de Protestants a réussi à adopter massivement une constitution explicitement Chrétienne, en vigueur en 2012, qui déclare : « Nous sommes fiers que notre Roi Saint Etienne ( canonisé par le Pape Grégoire VII ) ait construit l'État Hongrois sur un fondement solide et ait fait de notre pays une partie de l'Europe Chrétienne il y a mille ans ».

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Le même document déclare en outre :

« Tout être humain a droit à la vie et à la dignité humaine ; la vie embryonnaire et fœtale doit être protégée dès le moment de la conception ».

« La Hongrie protégera l'institution du Mariage comme l'union d'un homme et d'une femme établie par décision volontaire, et la famille comme base de la survie de la nation ».

Lançant un REFUS CATÉGORIQUE à l'establishment de l'Union Européenne et aux agents de George Soros qui tentent de renverser le refus inacceptable de la Hongrie de sombrer dans un abîme de laïcité amorale avec le reste de l'Europe, le Président Hongrois Viktor Orban a déclaré que « L'ère des démocraties libérales est révolue ». Dans le même temps, la Hongrie a érigé des clôtures frontalières qui ont pratiquement éliminé l'afflux des « réfugiés » masculins Musulmans qui sévissent en Allemagne, en Italie et en France.

En Pologne, le Parlement a adopté à une large majorité une loi « qui imposera progressivement une interdiction des achats du dimanche » d'ici 2020, répondant ainsi « à la demande de ses partisans conservateurs Catholiques », y compris la hiérarchie Polonaise. Ce projet de loi, qui attend d'être approuvé par le Sénat et le Président, rétablirait un élément majeur de l'ordre social Catholique : l'observance religieuse des dimanches, qui était toujours la principale cible des révolutionnaires qui renversèrent l'ordre de l'autel et du trône dans les États Catholiques de la Chrétienté de jadis.

En octobre dernier, plus d'un million de Polonais ont participé à un « Rosaire aux frontières » dont le thème était le salut de la Pologne et de toute l'Europe, y compris une commémoration de la victoire sur l'Islam à la bataille de Lépante. Comme l'a déclaré l'Archevêque de Cracovie, Marek Jedraszewski : « Prions pour que les autres nations d'Europe et du monde comprennent que nous devons retourner aux racines Chrétiennes de la culture Européenne si nous voulons que l'Europe reste l'Europe ».

À la fois la Pologne et la Hongrie ont rejeté la demande de l'Union Européenne de respecter son système de quotas pour l'immigration, qui est un instrument d'Islamisation en cours en Europe occidentale. Comme Orban le dit avec une audace peu apparente devant l'élément humain de l'Église d’aujourd'hui ( en dehors de la Pologne et de quelques autres endroits ) :

« Les fondements de la vie Européenne sont attaqués. Nous ne voulons pas que nos marchés de Noël soient renommés, et nous ne voulons absolument pas reculer derrière des blocs de béton (...) Nous ne voulons pas que nos Messes de Noël soient entourées de peur et de détresse. Nous ne voulons pas que nos femmes, nos filles soient harcelées dans la foule du Nouvel An .... »

« Le système immunitaire de l'Europe est délibérément affaibli. Ils veulent que nous arrêtions d'être ce que nous sommes. Ils veulent que nous devenions ceux que nous ne voulons pas être. Ils veulent que nous nous mêlions aux gens d'un autre monde et que nous changions afin de le rendre sans problème. À la lumière des chandelles de Noël, nous pouvons clairement voir les attaques contre la culture Chrétienne, les tentatives de dissolution de l'Europe. Ils veulent nous enlever notre propre vie et la transformer en quelque chose qui n'est pas notre vie ».

En d'autres termes, dans le Nouvel Ordre Mondial, tous les groupes ont le droit de préserver leur propre identité, à l'exception des Chrétiens. Mais alors tout le vaste projet de modernité politique, avancé partout par la violence révolutionnaire originelle et imposée aujourd'hui par une « dictature du relativisme », a toujours été précisément l'élimination de la Royauté Sociale du Christ et même la mention même de son nom dans la vie publique.

Mais le Saint-Esprit travaille encore dans les cœurs des Baptisés et Dieu ne sera pas moqué. Les signes d'un renouveau Chrétien dans ce qui était autrefois la Chrétienté sont rares mais indubitables. Et ils ne sont qu'une indication de ce Triomphe du Cœur Immaculé promis par Notre-Dame de Fatima lorsque la Russie sera une fois enfin consacrée à Son Cœur Immaculé.