jeudi 6 juillet 2017

Le triomphe de la folie et
La création d’une « contre réalité »




Par : Michael J. Matt
Éditeur en chef The Remnant (petit reste)

SOURCE : The Remnant
Le 6 juillet 2017



Quelques écrivains et experts ont commencé à le remarquer, mais même leurs commentaires ne peuvent même pas englober ni pleinement exprimer ce qui est arrivé à notre société, à notre politique actuelle de nos jours ni à notre culture. Au moins un tiers, peut-être beaucoup plus, de citoyens de notre pays vivent apparemment dans un univers parallèle, avec son propre ensemble de croyances fondamentales, ses propres normes sur la vérité et sur les récits des faits. Cet univers à presque tous les égards représente le contraire agressif, la négation des principes hérités et ancrés sur lesquels notre civilisation Occidentale et Chrétienne historique est basée. Cette « autre » réalité, ce paradigme, n'a pas surgi tout d'un coup ou ne vient pas tout juste d’apparaître ; il a été cultivé et nourri depuis des siècles. Ses philosophes créatifs ont compris que leurs prémisses opérationnelles et les objectifs désirés se sont élevés avec force contre les traditions bien ancrées et l'héritage historique d'une culture et d’une civilisation qui retracent ses origines non seulement dans les croyances des anciens Hébreux, mais aussi au plus haut de l'art, de la philosophie et de l'art de gouverner des Grecs et de Rome.


La conversion de l'Empereur Constantin et le Premier Concile de Nicée (325 après Jésus-Christ) a reconnu la primauté de la Loi Divine Positive à la fois dans l'Est et dans l'Ouest. Mais pas seulement cela : la transformation a marqué la fondation explicite de l'Europe basée non seulement sur la Révélation, mais aussi sur la réalité de Loi Naturelle, ces lois inscrites dans la nature qui ont également comme Auteur, Dieu Lui-Même. Cette transformation de la société ancienne était conservatrice dans le meilleur sens de ce terme. Car la civilisation Chrétienne qui en est résulté, a été construite solidement et de façon sécuritaire sur les traditions et l'héritage de ces cultures anciennes qui n’ont pas en fait été détruites par la Foi, mais accomplies et complétées par celle-ci.

Ce modèle n’est-il pas l’exact opposé de celui des Modernistes, de la Révolution Progressiste ?

Alors que les anciens Hébreux, les Grecs et les Romains ont cherché à mesurer et à accorder leurs sociétés en harmonie avec la Révélation et ce qu'ils voyaient autour d'eux, les lois observables et révélées de la loi naturelle — la Loi Naturelle, les Révolutionnaires éternels non seulement veulent renverser les Commandements de Dieu (ou au moins les subvertir), mais suspendre et d’intimider la nature.

Les Révolutionnaires nous disent qu'ils aspirent à la « liberté », à la « libération de toute contrainte » au nom de la « liberté ». Mais leur programme — leur révolution — renverse la liberté, inverse la rationalité et asservit des millions dans des passions sans contrepartie et le désir, délié, irraisonné et ouaté dans une pseudo-réalité. C’est, pour paraphraser le grand essayiste Catholique et poète Anglais G. K. Chesterton, la définition de la folie réelle.

Dans son ouvrage, « The Poet and the Lunatics » (1929) [ Le Poète et les Fous ], le personnage de Chesterton, Gale, pose la question : « Quelle est exactement la liberté ? »

Il répond, en partie :

« D'abord et avant tout, sûrement, c’est la puissance d'une chose d’être elle-même. À certains égards, l'oiseau jaune était libre dans la cage ... Nous sommes limités par nos cerveaux et nos corps ; et si nous en sortons, nous cessons d’être nous-mêmes, et, peut-être, d'être quoi que ce soit ».

« Le fou est celui qui perd son chemin et ne peut pas revenir .... L'homme qui a ouvert la cage d'oiseau aimait la liberté ; peut-être trop ... Mais l'homme qui casse le bol du simple fait qu’il pensait que c’était une prison pour le poisson alors que c’était sa seule maison possible de vie — cet homme était déjà en dehors du monde de la raison, ayant une rage du désir d'être en dehors de tout. » [italiques ajoutés] Nos révolutionnaires modernes, que ce soit dans les rues à faire des protestations et gémissant comme des râleurs, ou diffusant le soir du pablum idéologique qu'ils appellent des nouvelles, ou paradant devant un comité Sénatorial (ou étant sur ce comité !), ou endoctrinant les crédules, les étudiants presque sans âme dans les soi-disant « centres d'enseignement supérieur » sont, pour utiliser la parabole de Chesterton, fous : des hommes « déjà en dehors du monde de la raison » dont la rage effrénée de détruire est seulement compensée par leur incapacité profonde à créer quoi que ce soit de vrai et de valeur durable.

Leur orthodoxie est celle du Marxisme culturel, malgré tout leur méli-mélo de « défendre le racisme, le sexisme, l'homophobie et l'oppression blanche », et d’établir l'égalité partout, est inatteignable en fin de compte, et un exercice destructeur d’aliénation mentale. Et donc ses promoteurs sont, mesurés par la réalité des milliers d'années de notre civilisation Chrétienne et par les lois de la nature, fous.

Cela est d'autant plus vrai lorsque nous examinons plus en détail quelques-uns des chiffres actuels de la Révolution, certains de ses « fantassins fous et programmés ».

Trois jours avant la tentative d'assassinat des Républicains du Congrès par James Hodgkinson à Alexandrie, en Virginie, un chroniqueur pour The Huffington Post, Jason Fuller, a publié un essai ( ça a été maintenant démoli ), Le journal The Huffington Post est ce que nous appelons le « mainstream de gauche » [ presse dominante de gauche ]. Ce journal exprime des vues qui sont assez communes avec les leaders politiques et ses écrivains ont paru sur CNN, MSNBC, et sur d'autres sites.

Voilà ce qui fait que c’est sérieux.

Fuller fait virer une toile hystérique d’accusations portées contre non seulement le président mais contre tout le monde dans son administration, et divers membres du Congrès actuel. Ils ont, dans son esprit, tous commis une « trahison », et donc ils doivent tous être jugés, condamnés et retirés et exécutés. Il a déjà déterminé le verdict. Pour Fuller, il ne fait aucun doute à propos des récits sur la « collusion russe ». C’est un fait parce qu'il veut que ce soit un fait et parce que, depuis sept mois, les média et les politiciens les plus respectés ont ouvert la Boîte de Pandore des insinuations téméraires et des attaques violentes et ont créé un immense récit mythique et politiquement toxique.

Les désirs de Jason Fuller d’exécuter le président sont représentatifs de milliers, peut-être de millions de gens de la « résistance » qui habitent cet « univers parallèle ».

Lui — et Hodgkinson —ne sont pas isolés, ils sont identiques dans leur pensée, ils sont des pointes d'un iceberg cultivé, encouragé et soutenu par ces mêmes dirigeants politiques et ces mêmes médias qui ont propagé cette pseudo-réalité, et doivent donc être accusés de ce venin virulent et vicieux qu’ils ont déchaîné.

Ou, prenons le cas de l'agent de renseignement Gauchiste Mlle Reality Winner (apparemment c’est son nom réel). Elle a été arrêtée pour violation de la loi fédérale sur la fuite des secrets nationaux. C’est la première de ce que nous pouvons espérer être une plus longue liste de coupables à découvrir parmi ceux qui ont « coulé » des renseignements. Elle représente un cas d'école classique d'une zélée, détraquée et sans aucun remords derrière son ordinateur « fou » prêt à « détruire » le président Trump par tous les moyens.

La raison et le bon sens, la retenue et la civilité, n’ont rien à voir avec ses amarres idéologiques. Elle habite un monde différent.

Ce n’est donc pas exagéré de dire que des millions d'Américains sont, pour le moins, « fous » et ainsi donc rendus par une idéologie infectieuse qui se pose en une « contre-réalité » mythique qui a empoisonné leur pensée et la vision du monde au point qu’à coexister avec eux dans la même nation, dans la même aire géographique, devient de plus en plus difficile. Leur modèle est très agressif et contagieux ; il doit augmenter et se développer ou il meurt.

Et, s’ils sont résolument opposés, ils se battent en retour méchamment et dans une guerre totale.

C'est ce que nous constatons et voyons devant nous qui se passe dans notre société en 2017.

De faire des compromis avec eux est impossible, c’est un signe de faiblesse qui ne fait que les encourager. Pour s'y opposer, il faut comprendre le phénomène, sa méthodologie et ses objectifs. Et alors, dans toutes les facettes de la vie et avec la grâce de Dieu, s’y opposer implacablement par nos prières et nos actions.